Actualités
Les épreuves écrites du DNB se dérouleront au collège les 27 et 28 juin 2019.

Voir toutes les dépêches
Notre agenda

 

Bonnes vacances !

 

 

 

 

 

 

Accès Toutatice

pour aller consulter PRONOTE

 

 

 

 

 Contacter l'administrateur

Mme Allaert-Grall


 

MINI-SITE

 

 


Exposé de Morgane et Mathilda : les aqueducs


Acheminement en eau du fleuve à la ville : l'aqueduc

(aqua : eau et ducere : conduire)

 

 

I-Origines

 

Aux premiers siècles de leur Histoire, les Romains utilisent tous types d'eau : eau des fleuves, des puits et des sources. Au IV siècle avant J-C, ils se rendent compte que l'eau des fleuves est impropre à la consommation, car elle transmet des maladies. La ville de Rome décide alors d'approvisionner la population en eau de source et les premiers aqueducs ont été construits vers 312 avant J-C.

 

Les sources étant parfois très éloignées des habitations, les Romains mettent au point des constructions très sophistiquées pour conduire l'eau jusqu'aux villes :c'est l'apparition des aqueducs. L'eau est captée à sa source, puis coule jusqu'à

 
destination grâce à un système complexe de conduits (gros tuyaux) disposés en pente. Leur longueur peut atteindre plusieurs dizaines de kilomètres. Ces ouvrages sont construits
  par les esclaves et les soldats. Sur son trajet l'eau transite par des châteaux d'eau (castella)ou châteaux de distribution qui ont joué un rôle de filtre et d'acheminement vers la ville, pour autant l'eau n'y était pas stockée. Ils sont souvent placés en hauteur (en haut d'une colline par exemple) pour que l'eau puisse s’écouler avec une certaine force. Ils sont reliés à des tuyaux plus fins qui amènent l'eau vers trois sorties principales destinées à alimenter :     
  1. les monuments publics (balnea)
  2. les fontaines publiques ou latrines pour les usages de la vie quotidienne
  3. le secteur industriel (ateliers de foulon)
La plupart des aqueducs sont souterrains, mais ils peuvent parfois prendre la forme de ponts ou de tunnels, lorsqu’il faut franchir une vallée ou traverser une colline.

Comment trouver une source ????????

     L'architecte romain,Vitruve (I siècle av J-C), a expliqué, dans un traité : « Architectura », comment découvrir une source. Avant le lever du soleil, il faut placer son menton sur le sol et balayer l'horizon du regard. Si à certains endroits, on aperçoit des vapeurs ondoyantes, c'est là qu'il faut creuser (ces vapeurs émanent de sources souterraines).

    

C'est le cas, du célèbre pont du Gard, dont nous avons parlé dans un précèdent journal.

Lors de période de sécheresse, les Romains coupent toutes les arrivées d'eau progressivement : en commençant par les propriétés privées, puis les thermes et pour finir, les latrines. Quant aux fontaines publiques, elles sont alimentées sans interruption, ce qui permet à la population de boire quand elle le désire. Grâce à cela, les rues sont débarrassées de leurs saletés par le surplus d'eau des fontaines qui s'écoule dans les rigoles (des rues) rejoignant la Cloaca Maxima.

Cependant, certains riches romains disposent d'unimpluvium(du latin impluere : « pleuvoir dans »). Il s'agit d'un petit bassin d'eau de pluie situé dans les maisons (domus) dans la pièce centrale, (atrium) dont le toit est percé. Lorsqu'il pleut, l'eau remplit ce petit bassin puis est transférée dans une citerne où elle sera conservée. Cette eau sera utilisée pour les tâches ménagères (lessive, cuisine,...). Cela leur permet donc de se rendre le moins souvent possible aux fontaines publiques.

 

II- Rome et ses aqueducs

 

            En 64 (sous Néron) un incendie détruit une grande partie de Rome. Le nombre d'aqueducs fut donc multiplié sous Auguste. A la fin de l'empire, Rome compte 19 aqueducs dont celui de l'Aventin , qui apporte l'eau aux thermes de Caracalla et l'aqueduc de Néron.

            Les Romains ont généralisé les aqueducs en hauteur. Avant, ces conduits d'eau étaient la plus part du temps souterrains ou à ras du sol. En effet, les techniques de la voûte et du blocage ont permis de construire d'immenses aqueducs pour franchir des accidents de terrains, diminuer la longueur des tracés, établir une pente favorable à l'écoulement et préserver l'eau des saletés et des vols.

            L'aqua Appia (l'eau appienne) est le plus ancien aqueduc romain construit par Appius Claudius Caecus en 312 avant J-C. Il mesure 16,500 km de long mais ne reste au-dessus du sol que pendant une centaine de mètres. Son architecture est assez classique (piliers et passage de l'eau, sans décoration car à l'époque, on faisait plus dans le pratique que dans l'esthétique). Puis on construit d'autres aqueducs comme l'aqua virgo, l'aqueduc de Trajan.. .

Pour une population d'environ 1 million d'habitants (fin du Ier siècle après J-C) les aqueducs déversent 992 200 m3 d'eau (environ 600 à 900 litres d'eau par personne et par an). Sous l'Empire, le"Service des eaux" occupe un personnel considérable, et la charge de "curator aquarum" (curateur des eaux) est l'une des plus hautes.

           

            Sous le règne de l'empereur Trajan, un aqueduc portant son nom, fut construit.

            L'aqueduc de l'Aqua Virgo a été inauguré par Aggripa en 19 av.J-C. C'est le 6ème aqueduc de Rome. C'est par les pentes du Pincius au Nord que cet édifice rentrait dans Rome. Il arrivait ensuite sur le champ de Mars à la Sæpta Julia. L'aqueduc traverse la Via Lata par l'arc de Claude. Cette route se nomme aujourd'hui la Via del Corso. L'Aqua Virgo mesure 20,9 km.

Son nom proviendrait d'une légende : une jeune fille aurait indiqué la source à des soldats cherchant de l'eau. Mais il est plus probable que ce nom vient du fait que l'eau y est très pure.

 

 




L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site